Institution
22-08-2007

L’organisation institutionnelle du royaume de Loango

Toute l’organisation du royaume repose sur le Roi « Ngangue Mvumba » ou le Mâlongo (s’il réussit aux dures épreuves consécutives aux "pratiques magico-religieuses" qui durent sept ans). Il est le chef de toutes les puissances qui se trouvent sur ses provinces. Il incarne ainsi le pouvoir politique et social du Royaume.

L’organisation institutionnelle du royaume de Loango est globalement la suivante : succession matrilinéaire, choix du nouveau souverain par les Chefs de clan royal « Tchimongo-Lumbu-Tchinkondi », agréé par un Conseil de Nobles (fumu si), autorisation des dieux du royaume (bakisi si), voyage de couronnement qui dure sept ans, canne sculptée (« buta matali »), caractère divin du personnage royal, le chapeau en raphia « ngundu », bracelets, etc.

En effet, au royaume Loango la succession au trône est matrilinéaire. C’est-à-dire qu’en règle générale, les rois ne transmettent pas le trône à leurs propres fils mais plutôt à ses Neveux, fils de leurs sœurs.

L’institution la plus importante après le Mâloango est représentée par les Fumu « princes », membres des deux branches NKondi et Nkata du clan royal issu de la vague conquérante des Buvadji.

La personne du roi est sacrée et entourée d'un rituel complexe. La reine mère et la sœur du roi jouent un rôle important car la succession est matrilinéaire. Le pouvoir absolu du roi est tempéré par un conseil de notables qui sont des chefs locaux détenteurs des terres de leurs ancêtres. Ils assurent la pérennité et la prospérité par leur rôle d’intermédiaire et de conciliateur entre les vivants et les morts.

L'administration n'était pas très différente de celle du Portugal en mille cinq cent trente ; elle était de type féodal avec liens de vassalité des chefs de province vis-à-vis du roi ; mais, comme bien souvent en Afrique, le pouvoir du roi, absolu et sans appel, était cependant soumis à certaines restrictions, le Roi était au préalable choisi (Ku So : la) au sein de la famille « NKondi Tchiloangu » par les Chefs de clan royal « Tchimongo-Lumbu-Tchinkondi » et investit par le Conseil de Notables de Bwali et les chefs de province.

Le roi était toujours assisté par un conseil de gouvernement (cour royale). Les membres du conseil de gouvernement sont choisis dans le clan royal mais les autres clans du royaume peuvent être également représentés à la Cour : les différents corps de métiers (forgerons, tisserands...), les représentants de chaque province, etc.