Se connecter
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Loango Art

N'Kondi, fétiche à clousLe rôle principal des statuettes à clous de Nkondi est de faire respecter les lois de la communauté.

Le MalafoutierLe malafoutier, c'est celui qui récolte le vin de palme.


Masque YombeLes masques royaux participent de manière active à l'exercice du pouvoir.

La maternitéLes maternités auraient été utilisées dans un culte associé à la fécondité féminine.

Loango Pratique

Simbou ViliArtiste congolaise, Simbou Vili est intimiste et festive, profonde et enivrante... elle promeut un répertoire adapté de thémes traditionnels ruraux de danses et de ballades folk.

Patrimoine Version imprimable Suggérer par mail
22-08-2007

Reconnaître Loango comme "lieu de mémoire"

Des experts africains, réunis lors d’un colloque sur la traite négrière organisé du 9 au 12 août 2004, par le gouvernement congolais, en collaboration avec l’UNESCO à Pointe-Noire, ont recommandé la reconnaissance du port de Loango, ancien lieu de transit de millions d’esclaves africains vers les Amériques, comme "lieu de mémoire et Patrimoine mondial".

Selon des statistiques publiées lors du colloque, plus de 2 millions d’esclaves venus du Gabon, de la côte angolaise, de la RD Congo ainsi que du Congo-Brazzaville, ont transité par ce port.

Les frais d’achat et de transport des esclaves, jusqu’aux Amériques, variaient entre 135 et 140 dollars américains pour chaque esclave, revendu à 1.000 dollars par le négrier, précisent ces statistiques.

Convaincus de l’importance qu’a revêtu ce site pendant la période de l’esclavage, les participants au colloque ont recommandé sa reconnaissance comme lieu de mémoire et son inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ils ont également préconisé le développement de recherches prenant en compte le caractère international du site.

Présents à ce colloque, les représentants de l’UNESCO et du Centre international de civilisation Bantu (CICIBA) basé à Libreville, au Gabon, ont promis d’apporter leur appui au projet. Pour Simao Soundula, expert du CICIBA, il est important de soutenir la reconnaissance de Loango comme site de mémoire, car beaucoup de Noirs-Américains et des Caraïbes ont besoin d’archives sur leurs origines.

Outre la question de Loango, les experts africains ont proposé à l’UNESCO, à l’Union africaine et à l’Organisation des États américains, de créer des institutions de recherche et d’enseignement sur la traite négrière et l’esclavage et de former des équipes internationales de chercheurs africains, en vue de rédiger de nouveaux manuels d’Histoire sur l’Afrique et la diaspora.

Le colloque exige également, de la communauté internationale, l’accès à la documentation relative à la traite négrière, la tenue d’une réunion internationale sur le problème que soulève l’enseignement de la traite négrière et de l’esclavage.

Article paru dans Témoignages, le samedi 14 août 2004

Image

 

Loango Histoire

L'histoire authentique du Royaume de Loango

Galerie Photos


Rouen avril 2010, Presentation Dictionnaire Vili

Marcel Cussy Directeur CNAM et Jean Serge Mapakou



Rouen avril 2010, Presentation Dictionnaire Vili

A gauche, M. Bantantou en compagnie des Princes Moë François Fouti-Loemba et Moëf Jean Robert Mountou



Rois du Royaume de Loango

Mâlongo Moe Poaty II, régna de 1923 -1929.



Moë Fouti-Loemba François, Ambassadeur pour Paix


Novembre 2009, Réception Collègues de LVA

Sondage

Press-Book

Le Musée régional Mâ Loango de Diosso revalorise et préserve l’héritage culturel du Congo Reportage © "Les Dépèches de Brazzaville" via Congopage

Le royaume de Loango, au Congo-Brazzaville, a de nouveau un roi
AFP, Brazzaville, 13 novembre 2000

La dynastie des Rois régnants au Royaume de Loango
Histoire et tradition, Simbou Vili

© 2007 Copyright Royaume de Loango - Bilala. Tous droits strictement réservés.